Comment gagner de l’argent avec les actions – pendant que vous dormez

Bloomberg

L’UE repousse la Chine avec le pouvoir de contrecarrer les entreprises soutenues par l’État

(Bloomberg) – L’Union européenne cherche à renforcer sa main contre la menace économique croissante posée par la Chine, avec de nouveaux pouvoirs ciblés sur les entreprises publiques étrangères.La Commission européenne, le bras exécutif du bloc, a proposé de nouvelles règles pour imposer des amendes et bloquer les accords, selon un projet obtenu par Bloomberg. Bien que la Chine ne soit pas spécifiquement mentionnée dans la proposition, cette décision fait suite aux plaintes des entreprises européennes selon lesquelles les entreprises de la nation asiatique obtiennent un soutien qu’elles ne peuvent égaler.Les groupes d’entreprises chinois se sont déjà plaints de la dernière initiative, qui aura besoin du soutien des gouvernements de l’UE avant ils deviennent définitifs. Le document est un projet et pourrait encore changer avant d’être proposé la semaine prochaine.Il s’agit de la prochaine étape des efforts de l’UE pour éloigner la Chine, en s’appuyant sur une poussée des États membres pour protéger les entreprises stratégiques contre les rachats par des acheteurs non européens. Au milieu de la plus forte récession depuis près d’un siècle, l’Europe a montré des signes de protectionnisme croissant. Les gouvernements de l’UE ont débattu du «rapatriement» des chaînes d’approvisionnement après que la pandémie a exposé la vulnérabilité de la région aux perturbations, tandis que la France et l’Allemagne affirment que le bloc devrait permettre la création de «champions européens» suffisamment grands pour rivaliser avec les États-Unis et la Chine. ont exprimé une inquiétude croissante face à la perspective que des entreprises européennes soient achetées par des entreprises disposant de lignes de crédit illimitées ou soient obligées de fermer leurs portes parce que les concurrents peuvent se permettre de vendre à des prix inférieurs à leurs coûts.Les nouvelles règles fonctionneraient parallèlement à la surveillance des investissements directs étrangers, que les gouvernements européens ont augmenté ces dernières années pour leur donner plus de pouvoir pour mettre fin aux accords sur des industries ou des secteurs qu’ils considèrent comme cruciaux. Le contrôle accru peut être imposé même pour des participations minoritaires de plus de 10%. L’Allemagne a bloqué une offre chinoise pour la première fois en 2018 en opposant son veto à l’achat potentiel du fabricant de machines-outils Leifeld Metal Spinning AG. L’année dernière, le gouvernement de la chancelière Angela Merkel a accepté d’acheter une participation de 23% dans CureVac AG, à l’époque un acteur clé dans la course pour un vaccin contre le coronavirus qui avait fait l’objet de spéculations sur le rachat des États-Unis parallèlement à des mesures similaires dans d’autres États membres, Le cabinet allemand a approuvé mardi davantage de modifications des règles sur les investissements étrangers afin de donner au gouvernement des pouvoirs renforcés pour contrôler les transactions qui pourraient avoir un impact sur la sécurité nationale. La nouvelle réglementation, qui doit être approuvée par le Parlement, vise les secteurs de haute technologie comme l’intelligence artificielle, la conduite autonome et l’informatique quantique.La France a récemment suspendu l’achat de la chaîne d’épicerie Carrefour SA par le Canada Alimentation Couche-Tard Inc., invoquant la souveraineté alimentaire et la nécessité de sécuriser les chaînes d’approvisionnement au milieu de la pandémie. Le pays a également opposé son veto à l’achat de Photonis par Teledyne Technologies Inc., une société qui fabrique des équipements de vision nocturne pour l’armée, invoquant des intérêts stratégiques.Au cours des dernières semaines, l’Italie s’est coordonnée avec la France pour protéger le constructeur de camions Iveco SpA d’une prise de contrôle par la Chine FAW. Le Premier ministre du Group Co., Mario Draghi, a également envoyé un message en bloquant une offre de la société chinoise Shenzhen Invenland Holdings Co. pour la petite entreprise de semi-conducteurs LPE SpA. Selon le projet de règles de l’UE, les entreprises qui génèrent au moins 500 millions d’euros (600 millions de dollars) de revenus en Europe et ont reçu plus de 50 millions d’euros de soutien d’un État étranger au cours des trois dernières années auront besoin de l’approbation du bloc L’UE souhaite également pouvoir infliger une amende pouvant aller jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires annuel aux entreprises si elle constate qu’une entreprise a injustement bénéficié d’une subvention étrangère – y compris une garantie ou une ligne de crédit qui sape les concurrents européens. Il avertit dans le projet qu’il pourrait annuler les contrats gouvernementaux accordés aux entreprises qui tirent un avantage indu de ces subventions.Les responsables européens recherchent le pouvoir d’inspecter les bureaux des entreprises en dehors de l’Europe, avec l’autorisation de l’entreprise et la connaissance de l’étranger. Les régulateurs suggèrent des moyens permettant aux entreprises de dissiper les inquiétudes concernant les subventions, notamment en accordant à leurs concurrents l’accès aux infrastructures, en octroyant des licences à des conditions équitables ou en publiant des recherches. Les entreprises peuvent également réduire leur capacité ou leur présence sur le marché, céder des actifs ou s’abstenir d’investir, selon le document.La Commission européenne a refusé de commenter et la mission chinoise auprès de l’UE n’a pas répondu à une demande de commentaire. L’UE continue de nouer activement des relations commerciales avec la Chine, y compris un accord d’investissement. Le bloc a promu l’accord, qui pourrait entrer en vigueur au début de l’année prochaine, comme un moyen de rééquilibrer les relations économiques avec son deuxième partenaire commercial.L’accord élargit l’accès au marché chinois pour les investisseurs européens dans des secteurs allant de l’automobile aux télécommunications. Il cherche également à s’attaquer aux politiques chinoises sous-jacentes considérées comme faussant le marché, telles que les subventions industrielles, le contrôle des entreprises par l’État et les transferts de technologie forcés. source d’informations économiques. © 2021 Bloomberg LP

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire