Le Zimbabwe vend des droits de chasse aux éléphants “ en voie de disparition ” dans l’espoir de collecter des fonds

Le Zimbabwe vend des droits de chasse aux éléphants.

  • Le Zimbabwe vend le droit aux gens de tuer jusqu’à 500 éléphants.
  • Ce serait d’augmenter les recettes publiques.
  • Un seul éléphant pourrait coûter jusqu’à 10 000 dollars.

Le Zimbabwe vend les droits de tirer jusqu’à 500 éléphants cette année pour générer des revenus publics, a annoncé lundi l’agence de la faune du pays, des semaines après que les animaux ont été classés comme en danger.

Le porte-parole de l’Autorité de gestion des parcs et de la faune, Tinashe Farawo, a déclaré à l’AFP que la chasse aux éléphants était autorisée pendant la saison des pluies d’avril à octobre dans le pays.

Il a déclaré que les revenus de l’activité controversée seraient particulièrement importants cette année en raison des revers économiques du coronavirus.

“Nous avons obtenu l’autorisation de chasser un maximum de 500 éléphants et c’est ainsi que nous gagnons de l’argent”, a expliqué Farawo, notant qu’une seule chasse aux éléphants pouvait coûter jusqu’à 10 000 dollars. “

Les chasseurs “ont besoin de plus de personnel d’assistance comme des pisteurs, des chasseurs protecteurs et des chefs”, a-t-il ajouté.

“Tout cela sera payé et signifie plus de revenus.”

Mais les groupes de conservation ont exprimé leur inquiétude face à la chasse aux animaux de plus en plus menacés d’extinction.

L’Union internationale pour la conservation de la nature, basée en Suisse, a classé le mois dernier l’éléphant de savane africaine comme «en danger» et l’éléphant de forêt d’Afrique comme «en danger critique», citant les déclins de population dus au braconnage et à la perte d’habitat.

Les deux espèces avaient auparavant été traitées comme une seule catégorie et répertoriées comme «vulnérables».

«Le braconnage s’est poursuivi sans relâche malgré la chasse aux trophées sous prétexte de financer la conservation», a déclaré Simiso Mlevu, porte-parole du Centre pour la gouvernance des ressources naturelles basé au Zimbabwe.

Mlevu a également fait valoir que les chasseurs ciblaient généralement des animaux de grande taille et en bonne santé, laissant des spécimens plus petits, moins esthétiques, moins attrayants pour les touristes.

Malgré la diminution de la population, le Zimbabwe est confronté à un surplus d’éléphants – estimé à environ 84 000 pour une capacité de charge de 50 000.

Les sécheresses récurrentes ont ajouté à la tension des parcs nationaux surchargés, forçant les pachydermes à chercher de la nourriture et de l’eau plus loin.

Certains empiètent sur les zones peuplées dans le processus, détruisant les récoltes et parfois tuant les personnes qui croisent leur chemin.

Farawo a défendu la décision de continuer à délivrer des permis de chasse, notant que la pratique était en cours depuis 1991 et qu’il n’y avait “pas lieu de faire du bruit à ce sujet”.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire